6 endroits pleins de mystères à visiter à Madrid

 

Madrid, la capitale espagnole est une ville pleine d’endroits à visiter, voici une liste des plus mystérieux qui raviront tous les visiteurs amateurs d’atmosphère un peu décalée.

1. Kilomètre zéro

Une dalle de pierre à Madrid marque le point de mesure des distances des routes nationales espagnoles.

Cette petite dalle de pierre sur la place de Madrid marque le centre géographique de l’Espagne. Le marqueur définit le point Kilomètre Zéro, le point à partir duquel les distances sont mesurées en Espagne. C’est le point de départ pour mesurer les distances des six routes nationales du pays, A-1 à A-6.

Le Kilomètre Zéro est également le point de départ des rues numérotées de Madrid : plus le km 0 est proche, plus le numéro de la rue est bas.

Ces marqueurs traditionnels sont communs à de nombreux pays, souvent situés dans les capitales. (On pense qu’ils étaient aussi traditionnellement utilisés pour mesurer les distances de conduite dans les guides, comme l’endroit où les conducteurs remettaient leurs odomètres à zéro). Le repère le plus célèbre est cependant le milliaire d’or (Milliarium Aureum) dans la Rome antique. C’est la source du dicton « tous les chemins mènent à Rome ».

La plaque du Kilomètre Zero se trouve au cœur de la Puerta del Sol, la place historique semi-circulaire de Madrid. La dalle n’est pas très visible, elle est située sur le sol à l’extérieur de la tour de l’horloge, sur l’ancien bureau de poste (cette vieille horloge serait également détentrice de l’heure officielle en Espagne.)
La plaque, placée là en 1950, a été remplacée par une pierre plus récente en 2002 et de nouveau en 2009.

2. Templo de Debod

Un temple égyptien antique au milieu de Madrid, en Espagne.
Le Templo de Debod, ou Temple de Debod, est un ancien temple égyptien situé au cœur de Madrid, près de la Plaza de España.

Donné par l’Égypte à l’Espagne en 1968, en remerciement de la contribution de l’Espagne à la sauvegarde des sites historiques qui auraient été inondés lorsque le haut barrage d’Assouan fut achevé, ce temple se trouvait à l’origine dans la vallée du Nil égyptienne depuis le IVe siècle avant Jésus-Christ.

Le temple est situé au milieu d’un parc agréable, le Parque de la Montaña, et il est entouré d’une piscine qui reflète son image. Il est saisissant de jour et magnifique au coucher du soleil. Le parc perché sur une colline offre une vue panoramique sur Madrid.

De jour, ce sont les touristes qui fréquentent le temple, mais la nuit, c’est une autre foule qui abonde : celle des jeunes gens qui se préparent pour une nuit en ville. Les vendeurs se fraient un chemin parmi les personnes assises sur l’herbe pour offrir des canettes de bière pour quelques euros – c’est illégal, mais apparemment sans répercussion. Le temple affiche des reflets dorés la nuit, qui brillent au milieu de la foule bruyante, et les lumières du Palais Royal sont visibles au loin.
Le Temple de Debod se visite aussi bien de jour que de nuit. L’entrée à ce monument en plein air est gratuite, et la photographie est autorisée, certains soutiennent même qu’il n’y a pas de meilleur endroit pour photographier le coucher de soleil.

Le temple se trouve à quelques pas de la station de métro Plaza de España.

3. Palacio de Cristal

Le Palais de Cristal romantique de Madrid offre un abri aux plantes et à l’art depuis plus d’un siècle. Construit pour refléter une structure similaire au monument de Londres qui a été installé un peu plus de 30 ans plus tôt, le Palacio de Cristal de Madrid est un joyau architectural qui rappelle une époque où les espaces étaient simplement construits pour être beaux. La serre de verre et d’acier ornée au bord du lac, dans le parc du Buen Retiro, a été achevée en 1887 pour exposer des œuvres d’art et des merveilles dans un cadre à la fois baroque et naturellement magnifique. Du haut dôme de verre à la fondation de briques rouge vif, le bâtiment est tout simplement magnifique. Comme les murs sont en verre, on peut également apprécier les entourages verdoyants du parc, en plus des expositions qui s’y déroulent. Le palais est également équipé d’un bateau qui vogue sur les eaux du petit lac du parc et d’une entrée aménagée avec des colonnes de style classique.

Le palais étant essentiellement une serre élaborée, il n’est pas étonnant que la première exposition dans l’espace ait été l’exposition de plantes exotiques vietnamiennes qui ont été introduites en Espagne pour l’événement. L’intention était à l’origine de continuer à exposer des plantes merveilleuses dans l’espace, mais au fil du temps, le palais a commencé à montrer plus d’art que de flore. Aujourd’hui, le Palacio de Cristal peut toujours être visité par tous ceux qui veulent admirer l’art à l’intérieur ou les paysages naturels à l’extérieur, ou les deux à la fois.

4. Sobrino de Botin

Le restaurant le plus ancien du monde est ce restaurant espagnol du vieux monde, encore connu pour son cochon de lait.

Reconnu par le Livre Guinness des Records comme le plus vieux restaurant du monde encore en activité, Sobrino de Botin a été inauguré en 1725. Au moment de l’ouverture du restaurant (au rez-de-chaussée d’une auberge), les clients étaient invités à apporter leur propres viande et ingrédients, pour les cuisiner dans le restaurant. Après que les propriétaires d’origine soient morts sans enfant, le restaurant fut légué à leur neveu, qui lui donna son nom actuel, qui signifie « Neveu de Botin », bien sûr.

Au cours de ces deux cents ans et plus, les tendances de la ville ont changé, mais Sobrino de Botin n’a jamais cessé de cuisiner (après avoir commencé à cuisiner pour les gens). Aujourd’hui, le restaurant couvre quatre étages, chacun avec son propre thème espagnol, de la cave en briques à la chambre amateur Felipe IV. Même si les touristes ont commencé à affluer au restaurant, après son inscription dans le Guinness des records, la cuisine est restée remarquablement fidèle à ses racines espagnoles, avec le cochon de lait qui est préparé dans un four en brique.

Le Sobrino de Botin a probablement connu sa meilleure heure de gloire, quand il a été mentionné par Ernest Hemingway dans « The Sun Also Rises », il se dit aussi que le célèbre artiste Francisco de Goya y travaillait lorsqu’il n’était qu’un jeune homme. Cependant, son héritage est clairement dû à son étonnante longévité plutôt qu’à ses liens avec l’art et la littérature.

5. Real Jardin Botanico

Depuis plus de deux siècles, le Jardin botanique de Madrid contient l’un des seuls environnements désertiques d’Europe.

Fondé par le décret royal du roi Ferdinand IV, le Real Jardín Botánico est une merveille vieille de deux siècles et demi, occupant 20 hectares de terrain luxuriant au cœur de la capitale espagnole.
Installé dans son emplacement actuel depuis 1781, dans un bâtiment conçu par la même équipe architecturale que celle qui a construit le Museo del Prado, le Jardin botanique était initialement peuplé de plus de 2.000 spécimens récupérés dans toute la péninsule ibérique, par le botaniste et chirurgien José Quer. Après avoir survécu à des guerres civiles et internationales de plusieurs siècles, la collection a été étendue à plus de 90.000 fleurs et plantes (sans compter son herbier d’un million de spécimens) et environ 1.500 arbres.

Le Real Jardín Botanico a été divisé en sept jardins extérieurs et cinq serres intérieures. Chacune de ces sections est organisée logiquement par thème, contenu et nature de l’origine. Les points les plus visités étant la « Terraza de Cuadros » — qui comporte un jardin japonais et une série de lopins remplis de plantes médicinales, aromatiques et de vergers arrangés autour d’une fontaine — et un jardin romantique exquis d’époque, arrangé pour faire écho à un jardin anglais plein d’arbres et d’arbustes.

L’endroit le plus fascinant de tous est la serre du Real Jardín Botánico qui a la capacité de recréer le climat désertique, ce qui en fait l’un des rares endroits où les visiteurs peuvent vivre une expérience précise du désert sans quitter l’Europe continentale.

6. Musée Tiflológico

 

Cette exposition unique permet aux personnes aveugles de découvrir des œuvres d’art célèbres et de l’architecture avec leurs mains.

La plupart des musées offrent des expériences strictement visuelles : en fait toucher l’art est généralement interdit. Mais le Musée Tiflológico de Madrid a été créé pour permettre aux malvoyants de découvrir les chefs-d’œuvre de l’art et de l’architecture que les voyants considèrent comme allant de soi.

Les visiteurs de ce musée utilisent leur sens du toucher pour sentir et explorer certains des monuments et des œuvres d’art les plus importants du monde, du Colisée de Rome à l’ancienne figurine de la Vénus de Willendorf. Ces modèles de monuments célèbres, de bâtiments historiques, de peintures, de sculptures et d’art textile spécialement conçus pour les malvoyants peuplent le lieu. Les pièces sont réalisées par des artistes aveugles ou malvoyants, créés avec des tons vifs saturés et des détails en relief.

Le Musée Typhlologique (le mot « Typhlós » vient du grec Τυφλός, signifiant aveugle) a été inauguré en 1992 par l’ONCE, l’Organisation Nationale des Aveugles. Cependant, les origines du projet remontent au XIXe siècle, lorsque des collections appelées Musées d’Objets étaient exposées par les associations nationales de Madrid pour sourds et aveugles. Le musée affiche également les dispositifs utilisés pour aider les non-voyants à travers l’histoire.

 

Madrid est une ville pleine de monuments, de parcs et de beaux coins à visiter. Pour passer des vacances sans stress et profiter au mieux de votre séjour, nous vous conseillons de louer une villa privée avec piscine pour la durée de votre séjour.